LDC- Heure 22- 3ème Heure d’Agonie sur la Croix

Cher fils, chère fille,

«Ma fille, j’ai voulu souffrir l’agonie au Jardin
pour aider spécialement les mourants à bien mourir.

Mon agonie sur la croix fut pour aider les mourants
-à leur tout dernier moment,
-à leur dernier souffle.

Ce furent deux agonies différentes:
-mon agonie dans le Jardin fut pleine de tristesse,
de peur, d’anxiété et de frayeur, alors que
-mon agonie sur la croix fut remplie
de paix et de calme imperturbable.

LDC 9 – 4 juillet  1910
Heure 22   :  complet  – extraitaudio